DJ-ImageSlider

  • pexels-photo-57007.jpg
  • maxresdefault.jpg
  • Bandeau-Nantes.jpg
  • Madagascar_spiny_forest_destruction_001.jpg
  • Paracetamol_acetaminophen_500_mg_pills.jpg
  • bandeau-V3.jpg
  • bandeau-V1.jpg
  • nature-forest-industry-rails---Copie.jpg
img-book                 

 L'ouvrage "E-bureaucratie, le travail emmailé des cadres" vient de paraître aux Presses des Mines.

Ecrit par trois enseignants-chercheurs du département des Sciences sociales et de Gestion de l'IMT Atlantique : Sophie Bretesché, Bénédicte Geffroy et François de Corbière.

 

Peut-on se libérer des mails ?
«On devient assujettis aux mails qui tombent», «On ne peut jamais se vider la tête», « On met tout le monde en copie pour se déresponsabiliser», «Certains sont pros
dans la mise en visibilité par le mail», «Si on ne répond pas vite, on est soupçonné de ne pas être loyal».

Ces témoignages montrent la prégnance de l’usage du mail dans le travail contemporain. En effet, nombreux sont ceux qui ne déconnectent jamais de leur travail. Par choix, obligation ou incitation, près de 80 % des cadres regardent leurs mails le soir ou durant leurs congés. Par ailleurs, le développement sans limites des mails a un impact sur la productivité des salariés dont les tâches sont sans cesse interrompues.
Faut-il imposer des journées sans mail comme l’ont fait Canon ou Sodexo ou former à un nouvel usage du mail comme l’a initié Engie ?

À partir d’une recherche – action conduite dans une collectivité de l’Ouest de la France – cet ouvrage propose de questionner le rôle que jouent l’organisation du travail et le management dans le développement des
mails. À contre-courant des poncifs sur la place omnipotente du numérique, il suggère de repenser l’organisation pour canaliser l’usage du mail, car loin de simplifier la coordination et la coopération, ce dernier peut créer
des e-bureaucraties en exacerbant des comportements d’évitement, de déresponsabilisation ou de déni du réel.

ANVIE logoGroupe de travail sur les trajectoires professionnelles - 5 juillet 2018, Paris

COMMENT REPENSER LES TRAJECTOIRES PROFESSIONNELLES ?

Entre nouveaux rapports au travail, individualisation des parcours

et allongement des carrières

                        --> Intervention de Sophie Bretesché sur le volet : "Culture d’entreprise : quel rôle dans l’intégration des salariés ?"

 

Colloque international interdisciplinaire "Contaminations, environnement, santé et société : de l’évaluation des risques à l’action publique"

4-6 juillet 2018, Toulouse, France

Affiche_Colloque_CESS_2018_Toulouseweb_2.jpgLes contaminations environnementales sont partout. Leurs effets délétères sur la santé mais aussi sur le bien-être social et le développement durable des populations sont régulièrement dénoncés du niveau local au niveau international depuis des décennies (West et al. 2016 ; Boudia et Jas, 2015 ; San Sebastian, 2000 ; Kimerling, 1991 ; Carson 1962). Les conséquences incertaines de leur accumulation (effet cocktail) lors d’expositions indésirables recèlent un potentiel conflictuel et sanitaire générateur d’inquiétudes.

Ce colloque international interdisciplinaire était centré sur l'analyse des contaminations environnementales tant du point de vue de leur évaluation scientifique (notamment interdisciplinaire) que de leur prise en charge politique ou sociale.

Objectifs :

- rassembler la communauté scientifique dispersée dans les instituts disciplinaires (sociologie, anthropologie, géographie, économie, chimie environnementale, (eco)toxicologie, médecine, etc.) et faire le point sur les méthodes de travail développées aux interfaces disciplinaires (que ce soit au sujet du dialogue conceptuel, du travail de terrain, de l'intégration des données, de la gestion de projet etc.)

- confronter les connaissances, les regards et les expériences des chercheurs, des décideurs et des gestionnaires autour de la question des risques induits par les contaminations environnementales. L'enjeu est de formuler des recommandations et de faire émerger des pratiques à mettre en place ou des méthodologies à partager et/ou à diffuser pour mieux les gérer ou les réduire.

- mettre en perspective, du Nord au Sud, les caractéristiques, les méthodologies, les contraintes et les enjeux de l'évaluation des risques liés aux contaminations environnementales.


Deux communications de la chaire RITE :

--> Sophie Bretesché : "Risque et radioactivité. Retour sur la construction d’un programme interdisciplinaire entre radiochimie et sociologie" (4 juillet 2018)

--> Sylvain Le Berre, Sophie Bretesché : "L’uranium au futur antérieur. Se souvenir, dire et prédire le risque" (5 juillet 2018)

 

La cinquième édition des Soirées du Risque était consacrée aux problématiques de pollution du littoral. Organisée pour la troisième fois dans le cadre de notre partenariat avec le projet POLLUSOLS, et dans le contexte de leur université d'été, cette soirée a réuni plus de 80 personnes.

Paul Fattal et Nicolas Rollo, tous deux enseignants-chercheurs au Laboratoire Littoral - Environnement - Télédétection – Géomatique de l’université de Nantes (LETG) ont répondu aux questions de Sylvain Le Berre, post-doctorant sur le projet POLLUSOLS qui animait la soirée.

 

42811042421 2fd07aaf65 k

>> Accéder au reportage sur la soirée, au diaporama et à l'interview vidéo des intervenants, rédigé par Thibault Dumas, journaliste indépendant.

logos

 

 

logo journee du risque 1

 

 

Différentes formules sont possibles pour les deux journées (repas, soirées). Dans tous les cas l'inscription est obligatoire.

Rendez-vous sur le site internet.